Droit des affaires – Construction – Jurisprudence

Deux décisions de Justice récentes en matière de Droit des Affaires et de Droit de la construction méritent d’être relevées.

LYCEES D’ILE DE FRANCE

Depuis de nombreuses années les chroniques judiciaires font écho du dossier dit des « Lycées d’Ile de France » dans lequel les partis politiques avaient mis en place, au début des années 90, un système contestable de financement.

Ce dossier a donné lieu à de nombreuses décisions, tant devant la Justice pénale que devant le Conseil de la Concurrence.

Plus récemment, la Région Ile de France réclamait devant les Juges civils l’indemnisation de ses préjudices qu’elle estimait à plus de 200 millions d’euros, à la fois à l’encontre des entreprises du bâtiment ayant pris part aux marchés de l’époque mais aussi des personnes physiques.

Par un jugement remarqué du 17 décembre 2013, le Tribunal de Grande Instance de Paris a jugé l’action de la Région prescrite, aucune des demandes de cette dernière ne pouvant ainsi être examinée.

FENEON DELABRIERE AVOCAT représente plusieurs parties à ce litige.

ANNULATION D’UNE VEFA

Par un arrêt du 10 décembre 2013 la Cour d’Appel de Reims, à la demande de FENEON DELABRIERE AVOCAT, a annulé, plusieurs années après sa signature, une vente en l’état futur d’achèvement souscrite dans le cadre d’un programme immobilier de défiscalisation.

La Cour d’Appel a stigmatisé les retards pris par le promoteur dans l’exécution des travaux et son « impéritie ».

Le promoteur est ainsi condamné à rembourser à l’acquéreur le  prix du bien immobilier, sous déduction des loyers perçus, lesquels n’étaient pas en relation avec les prévisions du promoteur et sur la base desquelles le client avait contracté.